Les beacons s’imposent sur le marché de la géolocalisation à l’intérieur des bâtiments publics

Beacons

Ces discrets transmetteurs Bluetooth Low Energy (BLE) sont apparus au début des années 2010, notamment sous l’impulsion d’Apple. Après avoir peiné à trouver des usages pertinents, cette technologie, qui équipe tous les smartphones actuels, semble promis à un bel avenir avec déjà 4 millions de beacons déployés dans le monde et 400 millions prévus d’ici 2020.

Les GAFA ont parié sur cette technologie

Léger, simple à installer, paramétrable et très économique, le beacon (disons « Balise Bluetooth à faible énergie » en français) est la brique technologique idéale pour constituer une infrastructure dédiée à la création de services numériques en intérieur à grande échelle.

Les GAFA ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et Google a lancé en 2015, dans le sillon de l’Apple iBeacon, le format open source Eddystone afin de contrer les protocoles fermés d’Apple. Depuis lors, ces deux principaux acteurs développent leurs services en proposant des API propriétaires ou en laissant active la connexion Bluetooth, comme le fait Apple depuis la version iOS 11.

Jusqu’à une géolocalisation et un guidage précis

A l’instar du LIFI et du RFID, dont l’installation est moins adaptée à un déploiement d’envergure, le beacon permet aujourd’hui de proposer une géolocalisation fine et un guidage précis à l’intérieur des bâtiments. Grâce à un maillage étudié, pouvant être intégré dans des luminaires, et des algorithmes puissants, le GPS d’intérieur est enfin à la portée de tous !

Son déploiement simple et économique ainsi que la multitude de services portés par les plus grands acteurs numériques font des réseaux de beacons l’avenir du service numérique en intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *